Rapport sénatorial : La diplomatie culturelle à l’avant-scène de la politique étrangère du Canada

//Rapport sénatorial : La diplomatie culturelle à l’avant-scène de la politique étrangère du Canada

Rapport sénatorial : La diplomatie culturelle à l’avant-scène de la politique étrangère du Canada

Cet article a été publié dans le bulletin électronique de ICOM Canada de septembre 2019 sur la diplomatie culturelle. Voir plus d’articles de ce numéro ici.

Le rapport « La diplomatie culturelle à l’avant-scène de la politique étrangère du Canada » est la première étude parlementaire de la diplomatie culturelle depuis l’examen de la politique étrangère du Canada en 1995. Ce rapport, qui considère la diplomatie culturelle comme la promotion des intérêts nationaux d’un pays par les arts et la culture, reprend l’un des principaux points de l’examen antérieur : faire de la diplomatie culturelle un pilier de la politique étrangère du Canada.

Après avoir tenu 27 audiences et entendu plus de 60 témoins et reçu nombre de mémoires écrits, le Comité sénatorial permanent des affaires étrangères et du commerce international a lancé son rapport au Musée des beaux-arts du Canada le 11 juin 2019. Dans ce rapport, le Comité exhorte le gouvernement du Canada à créer une stratégie globale de diplomatie culturelle, car comme le dit la présidente du Comité, la sénatrice Raynell Andreychuk, « le plein potentiel de la diplomatie culturelle, en tant que pilier de la politique étrangère canadienne, n’a pas encore été atteint ».

Le rapport souligne que les arts et la culture sont des atouts sous-estimés de la politique étrangère du Canada, en raison, notamment, de la fragmentation des rôles et responsabilités du gouvernement fédéral en matière de diplomatie culturelle et d’un financement insuffisant et irrégulier. Le Comité insiste sur la nécessité de faire mieux s’il ne veut pas être déclassé par rapport à d’autres pays.

Le rapport détermine six principes sur lesquels devrait reposer une stratégie de diplomatie culturelle :

  • projeter une image moderne du Canada, notamment en tirant pleinement avantage du leadership du pays en matière d’innovation et de créativité dans le secteur culturel;
  • cerner les possibilités commerciales sur les marchés internationaux pour les artistes et les entrepreneurs du milieu culturel;
  • adopter une approche axée sur les gens et tirer parti du talent des artistes et des créateurs de tout le pays, en particulier les artistes émergents et les jeunes artistes;
  • renforcer la collaboration internationale fondée sur le principe de la réciprocité et sur l’échange d’expériences;
  • appuyer des approches novatrices afin de refléter les nouveaux modes de créativité qui émergent des progrès technologiques;
  • veiller à incorporer la diplomatie culturelle au nombre des priorités de la politique étrangère – et commerciale – du Canada.

Le rapport établit que le cadre stratégique pourrait reposer sur les éléments suivants :

  • l’image de marque et la diversité sociale du Canada;
  • le développement commercial du secteur créatif canadien;
  • le rôle de la technologie numérique;
  • l’adoption de politiques cohérentes reposant sur des investissements suffisants, la collaboration entre les différents ordres de gouvernement, et l’établissement de buts et d’objectifs mesurables;
  • la promotion des études canadiennes à l’étranger;
  • l’amélioration du rôle des missions diplomatiques du Canada à l’étranger.

De plus, certaines recommandations portent sur un rôle de premier plan que devrait jouer Affaires mondiales Canada en matière de diplomatie culturelle pour renforcer la capacité des missions à l’étranger d’atteindre les objectifs de diplomatie culturelle et offrir une formation en diplomatie culturelle. Le rapport invite également les trois ordres de gouvernement à mieux se concerter en matière d’initiatives de diplomatie culturelle.

ICOM Canada salue ce rapport et se réjouit de l’encouragement à inclure fermement la diplomatie culturelle parmi les priorités de la politique étrangère du Canada, mais remarque néanmoins le peu d’attention accordée aux musées. ICOM Canada est profondément engagé envers la diplomatie culturelle. Les musées jouent un rôle clé dans la compréhension et la confiance mutuelles entre les nations, les organisations et les peuples, ce qui est un objectif de la diplomatie culturelle. ICOM Canada est prêt à collaborer avec le gouvernement pour promouvoir les objectifs du rapport et contribuer au renouvellement de la diplomatie culturelle du Canada, pour en faire une diplomatie qui tient compte de toute l’ampleur et du plein potentiel du secteur culturel et créatif.

Pour lire le rapport intégral, cliquez ici.

2019-09-08T23:13:17-05:00septembre 1st, 2019|Newsletters-FR|